Jusqu'à -80% sur toute la boutique et livraison gratuite dès 50 Euros

Covid-19 : « C’est un retour à la liberté, à la joie, à la vie »… Nos lecteurs se réjouissent de la fin du masque et du pass

Ce lundi 14 mars, en France métropolitaine, ce sera le premier jour sans pass vaccinal ni sans masque à l’intérieur (excepté dans les transports). Un soulagement pour beaucoup de nos internautes

10-20-30-50-100pcs-masque-de-protection-jetable-pour-enfants-masque-de-protection-non-tiss (2)
  • Lundi, ce sera la fin du masque en intérieur (excepté dans les transports) et du pass vaccinal (excepté dans les lieux de soin) en France métropolitaine.
  • Soit la dernière étape de la levée progressive des restrictions liées au Covid-19.
  • Si certains Français jugent cette décision prématurée, d’autres accueillent avec joie le retour des sourires, et pour certains les retrouvailles avec les restaurants, les cinémas et autres sorties.
masque-buccal-jetable-avec-filtre-3-plis-10-200-pi-ces-protection-respiratoire-chirurgical-noir-pour

Danse de la joie et larmes d’émotion pour signer la fin de la vie sous cloche période Covid-19 ? Lundi matin, les parents vont pouvoir déposer leurs enfants à l’école sans masque et découvrir le sourire de la maîtresse, du caissier, de la serveuse… En effet, ce 14 mars, c’est la levée d’une très grande partie des dernières restrictions, notamment la fin du pass vaccinal et du masque en intérieur. Seulement en France métropolitaine. Un détail de taille que nous a rappelé Stéphane, 50 ans, un des nombreux internautes qui ont répondu à notre appel à témoignages.

« Pour moi, malheureusement, lundi, rien ne changera… Deux ans de privations qui vont continuer pour on ne sait combien de temps encore », précise cet habitant de La Réunion. Où depuis fin février, le couvre-feu et d’autres mesures de freinage de l’épidémie ont été levés. Mais où il faudra sans doute attendre avril pour tourner la page des restrictions. Comme dans les autres territoires d'Outre-Mer.

10-50-100pcs-adult-bronzing-mask-halloween-cosplay-mask-reflective-flash-mascarillas-disposable-protective-printing-mask (1)

« Fini d’être chacun dans sa bulle, il était temps ! »

Mais en métropole, donc, ce lundi va se lever sous le signe de la libération. « Tellement heureuse de pouvoir voir les visages des autres gens !, se réjouit à l’avance Angélique, 29 ans. Fini la dépression, la communication sera à nouveau de rigueur, fini d’être chacun dans sa bulle, il était temps ! »

Pour l’occasion, Delphine, professeure de danse de 30 ans, imagine un moment pour signer la fin de cette parenthèse. « J’ai hâte de voir les sourires de tout le monde et de sentir l’enthousiasme et le soulagement collectifs ! Je proposerai peut-être à mes élèves que l’on lance tous nos masques ensemble… Petit moment symbolique à peaufiner d’ici à la semaine prochaine. Nous devrons encore tous rester vigilants, mais je tiens déjà à remercier tout le monde pour les efforts collectifs qui ont fait que nous en sommes arrivés là aujourd’hui ! »

Une levée des restrictions qui remonte le moral de beaucoup de nos internautes. « Je suis ravie de ce changement qui marque, je l’espère, la fin de cette épidémie, s’émeut Myriam, 58 ans. Son abandon est un retour à la liberté, à la joie, à la vie. J’ai hâte de voir le visage de mes collègues, d’embrasser mes amis, de serrer des mains… »

« A moi les restaurants, le cinéma, le bonheur du voyage sans vaccin et sans pass »

Pour certains, c’est surtout la fin du pass qui engendre un vrai bonheur. Notamment les quelques millions de Français non – ou partiellement – vaccinés. Comme Aline, 28 ans, qui s’exclame : « Enfin le jour de la liberté ! J’ai fait le choix de ne pas me vacciner et enfin, on va pouvoir sortir de "prison". Reprendre mon activité physique, retourner au resto, reprendre le cours de la vie normalement ! Le moral en a vraiment besoin ! » « A moi, les restaurants, le cinéma, le bonheur du voyage sans vaccin et sans pass. Vive la liberté ! Les mesures sanitaires m’ont volé deux ans de ma vie », regrette Rosa, 81 ans.

10-100-pi-ces-mascarillas-approuv-s-ffp2-kn95-masques-faciaux-ffp2-homologu-mascarillas-de-protection

Et il n’y a pas que les non-vaccinés qui savourent la fin du pass. « Enfin la fin de cette exclusion, de cette discrimination de gens car pas ou pas totalement vaccinés, souffle Johanna, 28 ans. Ces mesures étaient une honte, dans un pays qui se dit "pays de l’Égalité". Pour avoir dû refuser l’entrée à un lieu culturel à des gens à cause de ce pass, je peux dire que c’est très frustrant. Cette suppression a intérêt à rester définitive. »

Tom, 18 ans, est lui attiré par le restaurant pour ce lundi pas comme les autres. « J’y retournerai pour la première fois depuis près de six mois. J’avais arrêté d’y aller non pas faute de pass sanitaire, mais car je n’arrivais plus à profiter comme avant avec un masque. On ne voyait plus les sourires des gens et cela me gênait beaucoup. » Du côté des restaurateurs aussi, certains vont se réjouir de ne pas avoir à contrôler les pass et de porter un masque en énonçant le menu… Mais Myriam, 53 ans, qui travaille dans la restauration, nuance : « Cela ne me rassure absolument pas. Je garderai le masque quitte à ce que l’on se moque de moi. »

« Il faut à tout prix sortir de ce climat paranoïaque et délétère »

Justement, la divergence des points de vue sur le masque en inquiète plus d’un. « Sachant que tout le monde ne l’enlèvera pas, je crains qu’il n’y ait des tensions entre les gens qui souhaitent continuer à le garder et ceux qui l’enlèveront, s’inquiète Raoul, 21 ans. Depuis le début du Covid-19, les gens ne cessent de se juger sur plusieurs sujets tels que les gestes barrières, la vaccination, le masque… Il faut à tout prix sortir de ce climat paranoïaque et délétère. Personnellement je ne souhaite jamais remettre le masque, mais je ne jugerai pas les gens qui souhaitent continuer de le porter. » Une bienveillance qui pourrait rassurer Vanessa, 37 ans, qui ne pourra pas abandonner le masque de sitôt. « Je suis assez inquiète car j’ai déjà eu droit à des remarques et des comportements agressifs parce que je portais un masque. Mes parents sont âgés et ils ont des problèmes de santé, je m’occupe d’eux quotidiennement, laissez-moi porter mon masque en liberté. Et arrêtez de dire que c’est quelque chose d’insupportable, c’est un morceau de tissu, il y a bien pire dans la vie ! »

Et si beaucoup espèrent jeter ou ranger leur masque pour de bon, ils sont nombreux à expliquer avoir acquis des réflexes qu’ils garderont même après ce 14 mars. « Pour la première fois de ma longue vie, je n’ai pas eu de bronchite. Comme quoi les précautions, même anti-liberté, sont utiles. Je le garde, comme tout bon Japonais que je ne suis pas », ironise Gérard. Karl, 32 ans, espère que la disparition du masque aura aussi un impact sur les esprits. « Ne plus le voir partout fera oublier aux gens le Covid-19. Je trouve que la crise aura révélé ce que l’humain a de plus pathétique, entre les complotistes se pensant docteurs en médecine et les trouillards avec leur masque pour faire du vélo ».

Pour finir, certains internautes avouent que la fête est gâchée par la guerre en Ukraine. « Quand ils ont annoncé la fin du masque, j’ai failli pleurer… de joie ! Ça aurait été encore plus festif s’il n’y avait pas eu cette autre inquiétude à l’Est… » Ce que Roger, 81 ans, synthétise en une phras

Partager sur les réseaux sociaux

Poster un commentaire

error check_circle
error check_circle
error check_circle
error check_circle
Paiement sécurisé
Commandez en toute sécurité
Livraison rapide

Expédition & Livraison rapide

Service client
À vos côtés 7j / 7 !
Satisfait ou remboursé
14 jours pour changer d'avis

Inscription à la newsletter

Boutique propulsée par Wizishop

Je n'ai pas de compte,
je m'inscris

error check_circle
error check_circle remove_red_eye
error check_circle remove_red_eye

J'ai déjà un compte,